Retour vers Sydney

Lors de mon troisième passage à Sydney, il pleuvait pour la troisième fois. Mais cette fois ci c’était la dernière pluie Australienne avant mon départ pour Dubai.

J’avais froid et j’avais de sérieux doutes en voyant le thermomètre indiquant 30 degrés; que j’ai du accepter après avoir vu une confirmation de la température ambiante.

En plein milieu du quartier d’affaires durant les heures de pointes, j’ai été surpris à plusieurs reprises par des personnes qui se sont excusées d’avoir marché sur mon chemin, me barrant ma route à moins de deux mètres.

À l’exception des ferries, les transports publics à Sydney me paraissent incohérents, à défaut de ne pas dire préhistoriques ou stupides. Cette incohérence se ressent aussi bien au niveau du paiement, des voyages et de la tarification:
– au niveau des moyens de paiement, pas de carte de crédit acceptée ni de retour de change supérieur à 20 dollars dans les automates.
– si l’on souhaite effectuer un trajet urbain combinant train, ferry et bus, soit il faut s’arrêter à chaque correspondance et se munir d’un billet pour la partie suivante du trajet ou bien à défaut acheter un pass illimité – qui néanmoins n’autorise pas certaines destinations.
– Effectuer un trajet vers l’aéroport à 15 minutes coûte plus cher que de se rendre à une destination à trois heures de distance.

J’ai opté pour le pass et parcouru quelques lignes de ferry de la ville afin de découvrir et capturer des points de vue, pour finir à Darling Harbour afin de visiter le musée national maritime. J’ai été pour la première fois de ma vie dans un sous marin.

Statue d'oiseau Tasman light
HMAS Vampire HMAS Onslow
HMAS Onslow
Sydney harbour bridge Sydney harbour bridge

J’en ai profité pour retrouver un groupe de CouchSurfing et on a passé une soirée bien sympathique.

Niveau cuisine, étant fan de cuisine asiatique, j’en ai eu pour mes papilles gustatives en entrant dans un restaurant coréen où aussi bien le menu que les personnes étaient coréens.

Le dernier jour, je suis allé me baigner avant de repartir vers l’aéroport et embarquer, avec ma serviette mouillée.