Deux semaines avec le diable – jours 7 et 8

Septième lever sur l’île du diable, de bonne heure, le voyage continue après cette journée de pause.

Pour l’anecdote, certains chocolats chaud que l’on peut trouver en Australie sont dégoûtants – de la crème mélangée à de la vapeur d’eau, avec une millidose de chocolat, mais cela est vite oublié car la randonnée qui m’attend à Cape Raoul (à proximité de St Arthur, ancienne prison où les anglais envoyaient les mendiants qui avaient volé un morceau de pain…) va être géniale (et l’a été!).

Ensuite, nous avons visité des curiosités locales qui sont des formations rocheuses peu courantes: Devils Kitchen et Tasman Arch.

Puis la journée s’est terminée comme d’ordinaire, à monter les tentes et préparer un feu pour le campement.

cliff
cliff

Huitième lever sur l’île, toujours aussi passionant!

Direction le parc Freycinet National Park où j’ai escaladé (avec un suédois, une écossaise ayant récemment emménagée à Melbourne et Dave notre guide) le Mont Amos – escaladé est peut-être un peu abusé, mais certaines parties étaient un peu plus que de la marche. Du haut de ses quelques centaines de mètres, on assiste à une vue imprenable sur les baies aux alentours qui ne fait rien regretter de l’effort accompli. Une rencontre avec un wallaby a eu lieu lors de la descente, mettant encore plus d’authenticité au voyage.

cute wallaby

Après l’effort, le réconfort, et donc: picnic sur la plage! Je me suis laissé tenter par un dessert que faisait un Brisbanais: une tartine de Nutella sur laquelle on rajoute de la confiture de fraise – et bien – j’aime bien!

L’après midi, nous sommes allés visiter Nature World, seul endroit où j’ai vu des Diables de Tasmanie. Malgré les animaux qui sont toujours plaisants à voir, je n’ai pas trop apprécié la politique de ce parc, où le garde fait toucher les animaux aux visiteurs – j’ai refusé et il avait l’air surpris.

birdie Tasmanian devil
snake kangaroo

La journée s’est terminée à faire du camping sauvage dans une forêt d’eucalyptus, après la pluie. Les essences ressortaient et je me sentais au paradis! Et dire que les koalas passent leur temps dans ces arbres, je suis jaloux :).